En janvier 2018, le colloque « L’intérêt général, dès aujourd’hui l’affaire de tous ? » posait une question fondamentale. Plus de 15 mois après, face à un sujet d’une actualité particulière, un dossier collectif consacré aux mutations de l’intérêt général, a fait l’objet d’une publication le 15 mars par JURIS Associations. Retour sur la genèse, le constat et l’enjeu soulevé par ce dossier.

Dès 2014, un groupe de travail multidisciplinaire de 16 personnalités d’horizons variés a engagé et structuré une réflexion sur l’intérêt général, pour en dégager les traits saillants sur le plan historique, politique, juridique et philosophique. Cette démarche apprenante a formalisé ses enseignements, dans le cadre du rapport collectif « Intérêt général : nouveaux enjeux, nouvelles alliances, nouvelle gouvernance », publié en novembre 2015. La confrontation des analyses de ce rapport auprès d’experts et lors de séminaires a permis de mettre en relief les 3 traits majeurs caractérisant l’intérêt général : la vision partagée, la gestion régulatrice et l’action transformatrice.

C’est donc autour de ce tryptique qu’a été organisé le cheminement du colloque « L’intérêt général, dès aujourd’hui, l’affaire de tous ? », coorganisé au CESE le 12 janvier 2018 par 23 partenaires et qui a rassemblé 300 personnes issues d’univers différents. Cette diversité est à l’image de l’intérêt général, autrefois domaine réservé de l’Etat, qui s’est ouvert aux collectivités, puis aux associations, aux fondations et aux entreprises.

Ce colloque a démontré, lors des interventions en plénière et de 9 ateliers participatifs, qui ont généré plus de 1000 contributions, le besoin de se doter d’une vision systémique mobilisatrice. Si les Objectifs de Développement Durable en posent le cadre internationalement partagé, il s’agit surtout de définir comment chacun peut contribuer à relever les défis collectifs. Dans ce contexte, l’enjeu majeur consiste bien à agir au service de l’intérêt général en articulant les 3 leviers constitués par la vision partagée, l’action collective transformatrice et la gestion régulatrice.

Une prise de hauteur de cette vision systémique, comme le cheminement d’exemples inspirants peuvent contribuer à éclairer les femmes et les hommes, désireux de servir les autres et le monde. Pour ce faire, le regard croisé d’acteurs variés (élus, associations, fondations, entreprises, syndicats…) invite à réinterroger l’articulation des 3 leviers de l’intérêt général. Les contributions du collectif d’auteurs sont à découvrir dans le dossier « Intérêt général, un concept en mutation ».

Nous remercions JURIS Associations de nous autoriser à diffuser ce dossier libre de droit.

Yann ULLIAC
Directeur de l’Observatoire des partenariats
Le RAMEAU

En savoir plus :
Juris Associations 595 – 15 mars 2019 : “Intérêt général: un concept en mutation” 

Print Friendly, PDF & Email





© 2019  |  Tous droits réservés   |   Mentions légales   |   Politique de confidentialité

Contactez-nous

Envoyez-nous votre message, nous vous recontacterons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?