Dans une étude d’une soixantaine de pages, Fab’Lim (Labo des Territoires alimentaires Méditerranéens), avec le soutien de l’UMR Innovation de l’Inrae[1]Unité Mixte de Recherche Innovation, rattachée à l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement, et la Chaire AgroSYS de l’Institut Agro de Montpellier donnent à voir les résultats d’une étude articulée au recensement de 125 tiers-lieux nourriciers en France et d’entretiens avec 15 d’entre eux entre 2019 et 2020.

L’étude donne des clés de lecture pour comprendre les singularités des tiers-lieux nourriciers tant au niveau des enjeux alimentaires qu’agroécologiques sur les territoires. Elle permet ainsi d’inspirer d’autres porteurs de projets grâce à l’essaimage de bonnes pratiques, en convoquant quelques matrices pour représenter le positionnement de tiers-lieux nourriciers en fonction de leurs visions, impacts, et de la pondération de leurs activités.

 

En introduction, la sociologue Evelyne F. Lhoste[2]Evelyne F. Lhoste, sociologuemet en perspective les tiers-lieux nourriciers avec une cartographie plus large du mouvement tiers-lieux : « A la croisée entre l’ouverture aux professionnels et aux citoyens, les pratiques de recherche et innovation des tiers-lieux nourriciers concernent tous les niveaux d’organisation des systèmes agro-écologiques. Elles portent sur l’innovation socio-technique et les pratiques agricoles, sur l’organisation et la gouvernance des entreprises, et sur la structuration d’un écosystème local. »

La suite de l’étude se compose de six chapitres, ou « fiches défis » :

  1. Sensibiliser et autonomiser les usagers autour de la transition agroécologique du territoire,
  2. Participer à l’installation d’agriculteurs hors cadre familial,
  3. Changer le système agricole local,
  4. Changer les pratiques alimentaires,
  5. Faire vivre une communauté apprenante,
  6. Agir pour la résilience alimentaire de son territoire (qui intègre une analyse des enjeux de résilience alimentaire par l’action des tiers-lieux nourriciers durant la crise sanitaire).

Le chapitre 3 est dédié à l’exploration des interactions entre tiers-lieux et réseaux agricoles locaux, et à l’émergence de nouvelles cultures professionnelles dans le monde agricole. Une inspiration sur la manière dont faire tiers-lieu est un vecteur de transition.

 

En savoir plus ICI

 

source : tierslieux.anct.gouv.fr

Print Friendly, PDF & Email





© 2022 Institut ISBL |  Tous droits réservés   |   Mentions légales   |   Politique de confidentialité

Contactez-nous

Envoyez-nous votre message, nous vous recontacterons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?