Depuis 1997, les sommets internationaux du microcrédit se sont multipliés, avec un point d’orgue en 2005. Chacun d’entre eux affiche, pour ambition, la lutte contre la pauvreté en promouvant, en particulier, l’accès au crédit aux plus pauvres afin de les soustraire à la fois des pratiques usuraires et de l’exclusion financière. En ce qui concerne les pays en développement, la publicité faite autour du modèle de la « Grameen Bank » (banque villageoise), défendu par son initiateur au Bangladesh, le prix Nobel de la paix Dr. Muhammad Yunus, n’a fait qu’accentuer la croyance en un nouvel outil pour leur développement. Pourtant, le phénomène ne concerne pas que les pays dits « du Sud ». En effet, en Europe, les moines franciscains et récollets avaient déjà expérimenté le « crédit juste » pour les plus vulnérables et ce, dès le XIVe siècle en Italie, anticipant ainsi les pratiques des prêts sur gage des Monts-de-Piété, en tant que forme singulière de microcrédit professionnel à destination de la petite bourgeoisie (« Ma tante ») ou social pour les ouvriers (« Le clou »). Leurs héritiers, les Crédits Municipaux (établissements de crédit et d’aide sociale), suivis par les établissements bancaires coopératifs (Caisse d’Épargne, Crédit Agricole et Crédit Mutuel), ont commencé à expérimenter au même moment, à la fin des années 1990, un autre microcrédit « social » : le microcrédit personnel garanti. Depuis lors, ce sont des dispositifs de micro-assurance puis de micro-épargne, solidaires, qui ont été testés, à la fois en France et en Europe, afin de développer une microfinance sociale, rassemblant ces trois pratiques bancaires solidaires. Au moyen d’une analyse de plusieurs expérimentations de terrain, cet ouvrage dévoile les fondamentaux de cette pratique bancaire solidaire pour que chaque bénéficiaire puisse consolider ses capabilities, c’est-à-dire son degré d’autonomie et de liberté pour choisir sa manière de vivre, dignement, sa propre vie.

Pascal Glémain est maître de conférences-HDR en gestion et en ESS à l’Université Rennes 2 où il dirige un master  » Economie sociale & solidaire « . Il est membre du RIUESS et est a signé de nombreux articles et ouvrages de recherche sur le sujet. Aux éditions Apogée, il est l’auteur de L’économie sociale et solidaire, de ses fondements à son  » à venir  » (2019).

 

 

 

En savoir plus : 

Pascal Glemain, « La Microfinance sociale »,  Apogée, septembre 2021

 

Print Friendly, PDF & Email





© 2021 Institut ISBL |  Tous droits réservés   |   Mentions légales   |   Politique de confidentialité

Contactez-nous

Envoyez-nous votre message, nous vous recontacterons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?